logo_home

Le top 8 des aides financières que

l'état peut vous accorder si vous recrutez

Dans le dynamisme constant du marché du travail, le recrutement de nouveaux talents demeure un enjeu crucial pour les entreprises cherchant à renforcer leurs équipes et à assurer leur croissance. Cependant, les coûts associés à ce processus peuvent constituer un frein, en particulier pour les petites et moyennes entreprises. Pour soutenir ces initiatives de recrutement et encourager l'expansion des effectifs, l'État propose diverses aides financières aux employeurs. Dans cet article, nous passerons en revue ces différentes aides, offrant ainsi aux entreprises un aperçu des ressources disponibles pour faciliter leurs efforts de recrutement.

Afin d’aider les établissements les plus fragilisés et soutenir l’emploi, l’État a mis en place des dispositifs d’aide à l’embauche exceptionnelle. Dans cet article, nous vous listons les aides financières que l’État peut vous accorder si vous décidez de recruter.

Les aides à l’embauche à des jeunes talents

  • Les aides exceptionnelles à l’embauche des jeunes :

    En septembre 2020, en pleine épidémie de la Covid-19, 750 000 jeunes sont arrivés sur le marché de l’emploi. Durant cette période où les mesures sanitaires ont chamboulé l’organisation de l’économie en général et donc du marché du travail, de nombreuses entreprises se sont montrées frileuses en matière de recrutement. Les jeunes ont donc été particulièrement touchés par la crise sanitaire. Leur insertion professionnelle est alors devenue une épreuve encore plus compliquée.


    Pour ces jeunes, trouver sa voie et bâtir une carrière pendant la crise du coronavirus est un réel défi. Le plan 1 jeune, 1 solution, ayant pour objectif de faciliter l’entrée dans la vie professionnelle des jeunes a donc été lancé en juillet 2020. Toutes les entreprises et associations sans condition de taille peuvent en bénéficier. Dans ce cadre, une compensation de charges de 4 000 euros versée aux structures qui embauchent un jeune de moins de 26 ans. Pour être éligible, le contrat de travail doit correspondre au moins à un contrat à durée indéterminée de 3 mois ou à un CDI.


  • Un coup de pouce à l’embauche des alternants et apprentis :

    Encore dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution » mis en place par le gouvernement pour faire face aux chiffres alarmants du chômage et contrer la crise économique, une aide exceptionnelle à l’embauche d’un alternant ou un apprenti a été mise en place. Recruter un apprenti c’est recruter un jeune motivé à apprendre un métier qu’il aime et qui adhère à votre culture d’entreprise.


    Ainsi, les établissements qui souhaitent embaucher un jeune âgé entre 16 ans et 29 ans en CDI ou en CDD d’au moins 1 an en contrat d’apprentissage peuvent bénéficier de cette aide. Cette aide s’élève à 5 000 euros pour un jeune âgé de moins de 18 ans et peut atteindre 8 000 euros pour un jeune de 18 ans et plus. Il s’agit d’une aide exceptionnelle qui devait prendre fin en mars 2021 mais qui a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2021. Vous avez donc encore du temps pour en profiter !


  • La PEC ou Parcours Emploi Compétences :

    Selon une étude réalisée par la DARES, durant le premier trimestre de cette année 2021, 493 000 français de moins de 25 ans sont demandeurs d’emploi de catégorie A. Ces statistiques correspondent à une augmentation de 8% en un an par rapport à l’année dernière.


    Le parcours emploi compétences vise le secteur associatif afin de permettre aux personnes en situation difficile de retrouver un emploi. Il vise en priorité les jeunes de moins de 26 ans. Pour pouvoir bénéficier de cette aide, le contrat de travail signé doit durer entre six et douze mois avec une durée minimale hebdomadaire de 20 heures. Néanmoins, le contrat peut être renouvelé dans la limite de 24 mois.


    La PEC permet alors aux employeurs de bénéficier d’une aide mensuelle variable versée par l’État. Cette aide correspond à :

    - 80% du SMIC horaire pour un jeune résidant dans une zone de revitalisation rurale ou un quartier prioritaire de la ville

    - 65% du SMIC horaire pour un jeune de moins de 26 ans ou une personne en situation de handicap de moins de 30 ans

    - 30% à 60% du SMIC horaire brut pour les autres publics

    Outre cela, une exonération des cotisations patronales ainsi que de certaines cotisations sociales est appliquée.


L’exonération ou la réduction des cotisations sociales

  • La réduction générale des charges patronales sur les bas salaires

    La réduction générale des cotisations patronales, connue également sous l’appellation « réduction Fillon », concerne les employeurs octroyant aux salariés une rémunération n’excédant pas 1,6 fois le SMIC. Les bénéficiaires sont les employeurs privés ainsi que certains employeurs publics. Toutefois, sont exclus du dispositif, l’État, les établissements publics à caractère administratif, ainsi que les particuliers employeurs. Le montant de la réduction Fillon à la rémunération brute annuelle multipliée par un coefficient de réduction.


  • Les aides au paiement des cotisations sociales

    La lourdeur des charges liées aux cotisations sociales fait partie des paramètres qui freinent les entreprises en matière de recrutement. Afin d’alléger ces charges, des aides au paiement des cotisations sociales ont été mises en place par l’État. Les entreprises et associations qui adhèrent à cette aide bénéficient d’une exonération d’une partie des cotisations patronales ainsi que d’une aide pour le paiement des cotisations sociales. Toutefois, pour bénéficier de cette aide, l’établissement concerné doit avoir moins de 250 salariés. Il doit être directement impacté par la crise économique.


    En d’autres termes, les employeurs éligibles sont ceux qui ont :

    - Subi une interdiction d’accueil du public

    - Subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50% par rapport à l’année précédente


  • L’exonération pour certains bassins d’emploi

    Certains bassins d’emploi permettent aux entreprises qui recrutent de bénéficier d’une exonération partielle ou totale des charges patronales. Cette exonération est valable pour un salaire maximum de 2,4 fois le SMIC. Les montants d’exonération peuvent varier d’une zone d’emploi à une autre. Les cotisations concernées peuvent correspondre aux cotisations de sécurité sociale ou encore aux allocations familiales.


Les aides à l’embauche de personnes en situation de handicap

Associations et entreprises peuvent bénéficier de l’aide à l’embauche des travailleurs en situation de handicap. Naturellement, les personnes embauchées doivent bénéficier de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé.


Toutefois, les aides à l’embauche de personnes en situation de handicap sous soumises à certaines conditions.


Ainsi, la rémunération mentionnée dans le contrat de travail doit être inférieure ou égale à 2 fois le SMIC. Le contrat de travail doit correspondre à un CDI ou à un CDD d’au moins 3 mois.


Les emplois francs

Si vous embauchez un demandeur d’emploi résidant dans un quartier prioritaire de la ville, en CDI ou CDD d’au moins 6 mois, vous pouvez prétendre à une aide financière. En d’autres termes, l’adresse principale du demandeur d’emploi doit se situer dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV). Celle-ci peut aller jusqu’à 5 000 euros par an sur 3 ans pour une personne en CDI. Pour une embauche en CDD d’au moins 6 mois, le montant de l’aide correspond à 2 500 euros par an sur 2 ans.


Depuis 2019, les jeunes suivis par une mission locale, non-inscrits en tant que demandeurs d’emplois sont désormais éligibles. Auparavant, seuls certains quartiers prioritaires de certaines communes étaient concernés. Depuis le 01 janvier 2020, le dispositif a été désormais élargi à l’ensemble des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Toutefois, si vous voulez bénéficier de cette aide, renseignez-vous bien en amont. En effet, les employeurs qui peuvent prétendre à cette aide doivent répondre à certaines exigences.


EN SOMMES…

Les aides à l’embauche sont des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre le chômage en allégeant le coût des recrutements. Sous réserve de remplir certaines conditions, vous pouvez bénéficier de ces aides lors de vos futurs recrutements.


Soyez toutefois vigilant, certaines aides ne peuvent être cumulées. Choisissez celle qui vous convient le mieux ! Aussi, notre société est soumise à une conjoncture qui évolue constamment. De la même façon, les aides à l’embauche évoluent régulièrement. Il est donc essentiel de s’informer régulièrement sur les aides à l’embauche proposées par le gouvernement avant de recruter un nouveau collaborateur. Vous pouvez également vous servir du simulateur d’aide à l’embauche sur le site de Pôle Emploi. N’oubliez pas, recruter un nouveau collaborateur, c’est aussi lui donner sa chance pour faire ses preuves et en parallèle accroître l’activité de l’entreprise !